L’informatique,

un formidable vivier d’emploi


Le secteur du numérique recrute et recrutera encore longtemps :  88 000 postes ont été créés en 2019, et 191 000 seront créés d’ici à 2022. Et trop souvent, l’offre ne rencontre pas la demande, puisque 11% des emplois dans le secteur de l’informatique ne sont pas pourvus en 2020. C’est donc un secteur d’opportunités, avec des débouchés assurés.

 

Et pourtant… Seulement  11% des diplômé·e·s en informatique sont des femmes. Ce chiffre bien trop bas peut s’expliquer par des stéréotypes qui existent sur ces fonctions, des biais genrés, et un manque de connaissance de ce secteur par les femmes : elles sont moins naturellement orientées vers ces métiers de l’informatique. Cela s’explique également par des propos sexistes ou des cas de harcèlements sexuels qui règnent dans ces filières. Il est donc temps de casser les codes pour que les femmes puissent se former aux métiers de la tech, et s’approprier ce secteur passionnant, créatif, en perpétuel mouvement, et qui en plus recrute !

 

Mais l’embauche assurée n’est (heureusement !) pas le seul argument pour se tourner vers les métiers de l’informatique.  Ces métiers sont non seulement au coeur de la stratégie de nombreuses entreprises qui reposent sur un produit technologique (application mobile, site Internet, jeux vidéos, robotique…) mais aussi essentiels pour prendre des décisions d’innovation. C’est pourquoi la valeur ajoutée des développeur·se·s est énorme pour une entreprise, et ce sont bien souvent des profils très “chouchoutés” !

QUELLES QUALITÉS ?

Lorsqu’on parle du secteur de l’informatique, on a bien souvent des préjugés de métiers solitaires, de personnes derrière leurs ordinateurs nuit et jour, d’actions opaques et d’une grande technicité, de postes faits pour les hommes. 

Alors que c’est tout le contraire ! Ces métiers nécessitent de :

 

1/ travailler en groupe pour co-construire des projets

2/ dialoguer et exprimer ses difficultés en toute transparence pour trouver des solutions et des améliorations en continu

3/étudier la multiplicité des chemins pour arriver à un objectif

4/s’auto-former en permanence car personne ne peut être totalement expert dans un milieu où les langages informatiques évoluent sans cesse

 

Ce sont donc des métiers où on accepte de ne pas tout savoir, où on est curieux, patient, et créatif.

 

Mais concrètement quels métiers existent dans le secteur informatique ? En quoi consistent ces jobs et quelles sont les compétences recherchées pour chacun d’entre eux ? Quel est le quotidien d’un job dans la tech ? Quels sont les défis à relever ?

LES MÉTIERS STACKS

Un·e développeur·se (backend, frontend, fullstack) est responsable de la conception de sites, d’applications, de programmes informatiques et de logiciels. C’est un métier qui permet “d’accéder aux coulisses” de ce qui se passe au quotidien dans nos portables et nos ordinateurs.

Son travail consiste à trouver la manière d’atteindre un objectif avec un code efficace. C’est un métier où l’on peut créer et innover, grâce à un langage. Voici les différentes typologies de développeurs·euses :

 

Développeur·se Frontend

 

Le·la développeur·se front-end est la personne en charge de la partie visible d’un site Internet : l’interface, pour que l’utilisateur puisse vivre une expérience optimale. Il·elle reçoit une maquette d’un webdesigner et sa mission est de l’animer. Il·elle s’occupe alors de coder la structure du site, et la navigation. Il·elle code en HTML / CSS, et maîtrise un des framework JS (Angular, React ou Vue). Il faut bien souvent une appétence pour l’esthétisme et une attention au petit détail. Pour en savoir plus sur le salaire des développeurs front-end, les qualités et compétences requises, lisez notre article dédié

 

Développeur·se Backend

 

Le·la développeur·se backend s’occupe au contraire de la partie immergée de l’iceberg : tout ce qui se passe derrière le site, c’est à dire les serveurs d’hébergement et les bases de données. Ce travail reste invisible pour l’utilisateur, mais il est crucial car il permet de concevoir l’architecture, les applications et les fonctionnalités d’un logiciel.

Un·e développeur·se backend s’informe beaucoup et est toujours au fait des dernières technologies : PHP/ Symfony, Python/Django ou JS/NodeJS sur le back. Nous avons interviewé deux développeuses back-end qui travaillent chez Trainline, si vous voulez en savoir plus sur le quotidien de ce métier.

 

Développeur·se Fullstack

 

Le·la développeur·se fullstack est capable de coder aussi bien la partie back que la partie front. Il·elle peut maîtriser plusieurs langages et sait coder de bout en bout un logiciel ou un site web. Il·elle sait résoudre des problèmes complexes, mais garde toujours en tête la dimension utilisateur.

C’est un métier pour des personnes qui sont à la fois rigoureuse, patiente, avec un sens logique, mais aussi curieuse, créative, et avec un fort esprit d’équipe. En bref, les soft skills sont primordiales !

 

Développeur·se mobile

 

Le·la développeur·se mobile développe des applications mobile, les met à jour et les soumet ensuite aux stores Android ou iOs. Au sein des applications, le·la développeur·se mobile peut s’occuper de développer des nouvelles fonctionnalités, paramétrer les notifications. Dans ce métier, on travaille directement sur l’interface, sur ce qu’on voit : c’est donc très concret.

En terme de langage, Objective-C et Swift sont utilisés pour les applications iOs, et Java ou Kotlin pour Android. Ce sont des langages simples et intuitifs qui continuent de s’améliorer avec une nouvelle version tous les ans.

Une de nos encadrant·e·s, Amandine Cousin nous explique son métier au sein de cet article.

AUTRES MÉTIERS 

Voici une typologie des différents types de développeurs·euses :

   les développeurs·euses hackeurs·euses : il·elle peut intervenir sur différents aspects du développement, adore apprendre de nouveaux langages, s’auto-former, et trouver des solutions auxquelles personne n’a jamais pensé avant.

   les développeurs·euses stabilisateurs : lorsque le produit évolue et connaît une grande croissance, c’est la personne qui sait prioriser et voir les enjeux utilisateurs et business

   les développeurs·euses débugueurs·euses : il·elle a une vision long-terme, aime revoir le code, le commenter, pour s’assurer que le produit fonctionne bien même avec ses nouvelles fonctionnalités

 

Enfin, il y’a tous les autres métiers de l’informatique qui sont en support de la programmation, qui sont essentiels dans une entreprise, et souvent plus spécifiques.

 

  Dev Ops 

 

Le·la devops gère l’architecture serveurs, la structure, et le réseau d’un site ou d’une application et l’optimise en fonction des coûts et de la demande. Leur rôle est d’anticiper des problèmes potentiels et de les résoudre. Ils sont notamment en charge des backups de données et du code.

Ce sont des profils très rigoureux, et qui savent anticiper. 

 

  CTO

 

Le·la CTO en plus d’être un·e pro de la tech, a la fibre entrepreneuriale et aime manager. C’est une personnalité qui sait prendre du recul pour avoir une réelle vision produit. C’est un·e développeur·se qui sait déléguer et aussi mettre les mains dans le cambouis lorsque quelque chose bloque. Il est primordial pour ce poste d’avoir une bonne vision produit, et de bien s’entendre avec le·la dirigeant·e de l’entreprise. C’est bien souvent après quelques années d’expériences que l’on devient CTO lorsqu’on a l’esprit d’équipe.

Pour en savoir plus sur ce poste, nous avons recueilli le témoignage d’une CTO, vous pouvez le lire ici.

 

  Data Analyst / Data Scientist

 

Le·la Data Analyst mélange programmation et statistique dans un but d’optimisation d’une fonctionnalité ou d’un business. Le·la data scientist utilise au quotidien les méthodologies d’A/B testing, de classification, de régressions et de Machine learning. Il·elle mesure et analyse des données pour en tirer des conclusions statistiques utiles, ceci grâce à des algorithmes et des modélisations.

 

  Ingénieur·e système 

 

L’ingénieur·e système travaille sur du hardware. Il·elle développe en langage bas-niveau (C, C++, Java) et développe des systèmes physiques, robots, objets connectés. Il·elle est capable de construire un prototype et fréquente bien souvent les fablabs. Ce sont des profils qui aiment créer, qui adorent les applications concrètes de leurs actions, et que l’on pourrait apparenter aux inventeurs du 21ème siècle !

 

Et plein d’autres métiers vont encore voir le jour ! À toi de construire ta carrière pour arriver au métier de tes rêves. 

TU SOUHAITES TE LANCER

DANS UNE CARRIÈRE DE DÉVELOPPEUR·SE ? 

REJOINS LE MOUVEMENT !